Télétravail

Nous nous précipitons vers une catastrophe climatique certaine – L’Université de l’EMNO plante des arbres

Posted on April 19, 2022

Et des nouvelles du jumelage national pour la résidence

« La guerre de l’humanité contre la nature est insensée et suicidaire. Les conséquences de notre imprudence apparaissent déjà dans la souffrance humaine, les pertes économiques considérables et l’accélération de l’érosion de la vie sur Terre. »

– Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, février 2021

Bonjour, Aanin, Boozhoo, Tanshi, Kwe Kwe, Hello,

L’air pur du Nord de l’Ontario est redevenu étouffant l’été dernier. En grande partie à cause de la sécheresse liée au changement climatique, les incendies de forêt ont fait rage dans le Nord, engouffrant des centaines de milliers d’hectares d’habitat boisé sur des territoires sacrés. En août 2021, 82 incendies ravageaient le Nord-Ouest. Un incendie couvrant 200 000 hectares près de la Nation indépendante de Wabaseemoong s’inscrit parmi l’un des plus grands de l’histoire de l’Ontario. Les gens éprouvaient de la difficulté à respirer et beaucoup ont fui.

Cela n’est pas normal mais est de plus en plus commun. Pendant des décennies, les climatologues qui comprenaient le tableau d’ensemble ont largement opté pour une sous-estimation prudente et équivoque. Aujourd’hui, beaucoup utilisent des mégaphones et des phrases courtes. Shirley Cardenas, chercheuse à l’Université McGill et écrivaine, a écrit récemment : « À moins que les émissions de CO2 [dioxyde de carbone] ne diminuent considérablement, le réchauffement climatique rendra l’Amazonie stérile, le Midwest américain tropical et l’Inde trop chaude pour y vivre d’ici 2500. »

Le Nord de l’Ontario ne sera pas épargné. Les conséquences environnementales du changement climatique, y compris les intempéries extrêmes, la chaleur extrême et les maladies à transmission vectorielle, ont déjà un impact sur la santé physique, mentale, sociale et spirituelle des habitants de notre région.

Les peuples autochtones du Nord nous ont prévenu à maintes reprises que nous courons à notre perte. Depuis des années, les habitants du territoire sonnent l’alarme sur des questions comme le développement potentiellement précipité, y compris dans la région du Cercle de feu, riche en ressources (5 000 kilomètres carrés de terres au nord de Thunder Bay avec tellement de nickel, de cuivre, de chromite et de platine sous les pieds que « les dix premières années d’exploitation pourraient apporter 9,4 milliards de dollars au produit intérieur brut de la province »). Alors que certains se lèchent les babines devant les revenus prévus, d’autres nous rappellent que « les gisements sont situés près des basses terres de la baie James, un puits de carbone d’importance mondiale qui en stocke environ 26 milliards de tonnes ».

Chaque fois que nous ratons une occasion d’agir, nous nous dirigeons vers une catastrophe, les yeux grands ouverts. Les océans sont dans un état lamentable, l’Arctique fond et le Nord de l’Ontario pourrait tout perdre, de la qualité de l’air à la faune en passant par la sécurité alimentaire et hydrique. Si nous n’agissons pas maintenant, tout de suite, notre histoire sera celle de l’inaction collective, et ce sera une épitaphe pitoyable pour notre espèce.

À l’Université de l’EMNO, nous prenons des mesures immédiates. Le Comité consultatif sur le changement climatique de l’Université de Montréal est un groupe motivé et réfléchi, composé de membres de la population étudiante, du personnel, du corps professoral et de la communauté, qui se concentre sur la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre et de notre empreinte écologique, donne des conseils sur les changements à apporter aux programmes d’études et encourage la recherche dans le Nord de l’Ontario sur le changement climatique et son incidence sur la santé.

Pour commencer, nous vous invitons à prendre votre pelle. Plantez un arbre pour l’Université de l’EMNO et pour la Terre.

En ce Jour de la Terre, achetez au magasin de l’Université de l’EMNO une trousse de plantation d’épinette que vous pourrez planter et cultiver chez vous. Les profits appuieront les activités du Comité consultatif de l’Université de l’EMNO sur le changement climatique.


Du côté des bonnes nouvelles, voici les résultats de la première ronde de jumelage du Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS)!

Tous les étudiants et étudiantes en quatrième année de médecine à l’Université de l’EMNO ont obtenu un jumelage lors de la première ronde, la seule classe de médecins de 2022 au Canada à accomplir cet exploit!

  • 41 % jumelés à des programmes de résidence de l’Université de l’EMNO
  • 53 % jumelés au programme de médecine familiale de l’Université de l’EMNO et à d’autres ailleurs au pays
  • 27 jumelages dans des programmes de spécialité :
    • 11 en médecine interne
    • 4 en psychiatrie
    • 3 en anesthésiologie
    • 3 en pédiatrie
    • 2 en obstétrique/gynécologie
    • 2 en médecine d’urgence
    • 1 en chirurgie orthopédique
    • 1 en pathologie anatomique

Pour ce qui est des postes en résidence à l’Université de l’EMNO, les résultats sont vraiment hors pair. Seuls 19 postes n’ont pas été comblés. Nous avons rempli les programmes de spécialité du Collège royal comme suit :

  • Anesthésiologie 2/2
  • Chirurgie générale 2/2
  • Chirurgie orthopédique 2/2
  • Médecine interne 4/6
  • Psychiatrie 2/3
  • Santé publique et médecine préventive 1/2
  • Pédiatrie 3/3

Postes en médecine familiale :

  • North Bay 4/4
  • Sudbury 8/8
  • Diplômés en médecine formés à l’étranger 2/2
  • Régions rurales 5/8
  • Sault Ste. Marie 2/4
  • Thunder Bay 4/8
  • Timmins 2/4
  • Premières Nations éloignées 0/2
  • Programme d’instruction à l’intention des médecins militaires (PIMM) – Forces armées canadiennes 0/2

Félicitations à notre population étudiante, à nos programmes et à nos chefs de file qui ont mené à ce résultat hors pair!

Merci, miigwetch, thank you, marsi, merci,

Dre Sarita Verma
Rectrice, vice-chancelière, doyenne et PDG
Université de l’EMNO

Si vous avez des commentaires, envoyez-les à dean@nosm.ca et suivez-moi sur Twitter @ddsv3.

Abonnez-vous à Routes du nord


Joignez-vous à nous pour des événements spéciaux du Jour de la Terre

Célébration du Jour de la Terre 2022

Le vendredi 22 avril 2022 à midi, l’Université de l’EMNO invitera la Dre Elaine Blacklock qui fera une présentation spéciale intitulée Earth Day Acknowledgement and Pledge for Planetary Health. Joignez-vous à nous sur WebEx.

Série de conférences de la doyenne

La Dre Sarita Verma, rectrice et vice-chancelière de l’Université de l’EMNO, vous invite à la Série annuelle de conférences de la doyenne, une activité dirigée par des étudiantes et étudiants. Pour célébrer le Jour de la Terre et parce que l’Université de l’EMNO met cette année l’accent sur le changement climatique et la justice sociale, le thème est Responsabilité et viabilité environnementales en médecine et en formation en médecine. Écoutez en direct sur YouTube, le 24 avril 2022 de 15 h à 17 h HNE, les perspectives de notre groupe dynamique de conférencières et conférenciers de tout le pays sur l’importance de la santé de la planète. Pour en savoir davantage.


Réunions inaugurales

Le conseil d’administration de l’Université de l’EMNO a tenu sa toute première réunion le mardi 5 avril et le Sénat a tenu la sienne le jeudi 7 avril. Les comptes rendus de ces réunions du conseil d’administration et du Sénat sont publics. Les questions concernant ces comptes rendus doivent être adressées à Gina Kennedy, secrétaire de l’Université, à governance@nosm.ca.


Des étudiantes en médecine de l’Université de l’EMNO réalisent une vidéo frappante sur la consommation de cannabis chez les adolescents

Selon une étude publiée par le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) en 2020, la dépendance au cannabis des élèves du secondaire de la province est la plus forte dans le Nord de l’Ontario. Lorsque des étudiantes en quatrième année de médecine à l’Université de l’EMNO ont appris ces statistiques, elles se sont senties obligées d’éduquer les préadolescents et les adolescents, âgés de 12 à 18 ans, dans le cadre du volet de promotion des intérêts de leur programme d’études unique. Pour en savoir davantage.
Cannabis Use by Teens