Télétravail

Une diplômée de l’EMNO reste dans le Nord pour exercer à titre de physicienne médicale en clinique

Posted on March 30, 2022

Lalageh Mirzakhanian, Ph. D., fait partie des nombreuses femmes remarquables de l’EMNO qui font carrière dans les sciences et se démarque dans le domaine de la physique médicale. Cette diplômée de l’EMNO et physicienne médicale récemment agréée a suivi le Programme de formation en résidence en physique médicale de l’EMNO (PFRPM) en 2019 pour acquérir de l’expérience clinique et travailler un jour dans ce domaine. Après avoir obtenu son grade, elle a rapidement eu un poste à Horizon Santé-Nord (HSN) à Sudbury où elle a effectué sa résidence.

« J’ai toujours voulu être scientifique, dit-elle. J’ai commencé avec un grade de premier cycle en physique, suivi d’une maîtrise en physique nucléaire. Durant mes recherches pour ma maîtrise, je suis tombée sur un article d’un groupe de chercheurs en physique médicale de la McGill University. Je me suis alors intéressée à cette discipline et ai décidé de me lancer dans ce domaine. »

Après sa maîtrise et plus tard son doctorat à McGill, elle a posé sa candidature au PFRPM à l’EMNO, un programme de deux ans mené en partenariat avec Horizon Santé-Nord et le Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay. Le programme a récemment obtenu son deuxième agrément pour cinq ans de la Commission on Accreditation of Medical Physics Education Programs.

Le point fort de ce programme de l’EMNO est la formation en application clinique de la physique médicale qui met particulièrement l’accent sur la radio-oncologie. Les étudiantes et étudiants appliquent la physique aux processus de radiothérapie, participent à l’établissement de plans individuels de radiothérapie des patients, contribuent au calcul des doses d’irradiation, vérifient l’exactitude des traitements, en plus de participer au maintien de l’assurance de la qualité, de la sécurité radiologique, du fonctionnement du matériel et de la conformité aux règlements.  « Les étudiantes et étudiants acquièrent une richesse et un large éventail d’aptitudes pertinentes » , dit M. Michael Oliver, directeur associé du PFRPM, physicien médical à Horizon Santé-Nord et superviseur de Mme Mirzakhanian pendant sa résidence.

Mme Mirzahanian pense que ce fut une expérience conviviale où elle a pu continuer ses recherches.

« J’ai apprécié ces deux années de résidence à l’EMNO. C’est un environnement sain avec un corps professoral amical et bien renseigné. J’ai fait plusieurs stages cliniques et tous mes collègues m’ont épaulée durant la résidence. J’ai aussi eu l’occasion de visiter un autre centre de cancérologie en Ontario où j’ai appris différentes techniques spécialisées de radiothérapie et eu la possibilité de travailler sur un projet de recherche clinique. En même temps, j’ai pu rester en contact par téléconférence avec le groupe uni de résidents et de membres du corps professoral de l’EMNO. »

À la fin de sa résidence, elle a obtenu un poste à HSN : « En tant que physicienne médicale, je fournis de l’expertise clinique, veille à l’assurance de la qualité et calibre le matériel. Le plus intéressant est que j’ai davantage de responsabilités et d’interactions avec les membres de l’équipe, notamment les physiciens, les auxiliaires en physique, les techniciens en électronique, les oncologues et les radiothérapeutes ».

Mme Mirzakhanian s’attaque à des défis pressants en offrant des consultations à des membres de l’équipe qui ont besoin de solutions rapidement : « J’applique mes connaissances en physique pour assurer immédiatement la sécurité des patients et des traitements de qualité. Devenir physicienne médicale au Canada est un long parcours qui exige de nombreuses nuits d’études pour le baccalauréat, la maîtrise, le doctorat, la résidence et l’examen final d’agrément, mais c’est une carrière enrichissante qui vaut finalement tous les efforts ».

Elle encourage les personnes qui ont fait des études en physique à explorer la physique médicale, surtout si elles désirent utiliser leurs connaissances dans le secteur de la santé : « Lorsque vous aurez obtenu votre grade, vous aurez trois options pour exercer : en clinique, dans l’industrie ou dans le domaine universitaire. Si vous choisissez la physique médicale clinique, le PFRPM est une bonne façon de vous préparer et d’acquérir de l’expérience clinique. C’est un parcours harmonieux pour devenir physicienne ou physicien médical qualifié. »