Télétravail

Le leadership audacieux dans un monde en évolution constante et imprévisible.

Posted on March 25, 2021

Le forum le plus fréquenté de l’EMNO, Northern Lights, met en vedette les Dres Jane Philpott et Gigi Osler.

Le Dr James Goertzen, doyen associé à l’EMNO, Éducation permanente et perfectionnement professionnel (EPPP), a lancé le forum Northern Lights de 2021. Avec son équipe de l’EPPP, il a fait des arrangements pour que les Dres Jane Philpott et Gigi Osler fassent chacune un exposé clé sur le thème du leadership audacieux en période difficile (Daring Leadership in Difficult Times). Dans ce forum virtuel, le corps professoral de l’EMNO a participé à des séances en petits groupes où il a pu poser des questions et s’entretenir directement avec les Dres Philpott et Osler.

La Dre Jane Philpott est médecin de famille et ancienne députée fédérale. Actuellement doyenne de la faculté des sciences de la santé et directrice de l’école de médecine de la Queen’s University, elle a tenu les propos suivants aux participants : « J’espère que vous prendrez les emplois vraiment difficiles et apprendrez comment réaliser vos rêves et le mandat qu’on vous a confié pour ces rôles. J’espère que vous continuerez d’oser d’être un allié des personnes qui ont besoin d’alliés, d’admettre le privilège dont beaucoup d’entre nous jouissons dans l’exercice de nos fonctions, et apprendrez des personnes qui vous entourent. J’espère que vous oserez faire des erreurs, en tirerez des leçons et oserez prendre position. »

Dans son exposé, la Dre Jane Philpott a fait état de la complexité accrue de guider vers un avenir imprévisible : « Après la pandémie, collectivement et séparément, nos institutions doivent avoir un leadership audacieux. Plus que jamais, le leadership audacieux doit vraiment produire des résultats. »

La Dre Philpott a souligné les trois caractéristiques essentielles du leadership audacieux : vision, détermination et humilité. Elle a abordé les thèmes de l’équité et de l’inclusion, en expliquant que l’humanité partage une vision, mais que ce qui n’est pas égal ni équitable dans l’humanité, c’est l’accès aux soutiens systémiques nécessaires pour réaliser cette vision. Elle a encouragé les dirigeants de l’EMNO à prendre conscience de la possibilité qu’offrent leurs rôles : « C’est un privilège d’avoir la possibilité d’avancer vers vos rêves et un privilège d’être en mesure de le faire. Cela s’accompagne d’une énorme responsabilité ».

Elle a aussi souligné qu’il est important que les chefs de file audacieux soient prêts à être des « faiseurs » et à faire preuve à la fois de « ténacité » et de « détermination inébranlable ». Il est également important qu’ils écoutent avec compassion et humilité. « Un chef de file audacieux doit être à la fois un rêveur et un faiseur… vous devez être prêts à dire ‘je suis prêt à retrousser mes manches. Je veux faire partie de cette solution’. »

La Dre Gigi Osler est présidente du Forum médical canadien, présidente élue de la Fédération des femmes médecins du Canada, co-présidente du Groupe de travail sur les soins virtuels, chirurgienne en otorhinolaryngologie et cervico-faciale, et ancienne présidente de l’Association médicale canadienne (AMC). Dans son exposé, elle a parlé de ses défis personnels face au syndrome de l’imposteur en tant que première femme de couleur présidente de l’AMC. « L’idée de devenir présidente me terrifiait, mais la perspective de contribuer au changement positif m’enthousiasmait. » Elle a accédé à la présidence de l’AMC en 2018. Elle était la huitième femme et la première femme de couleur à occuper ce poste depuis la création de l’AMC en 1867.

Elle a parlé de la diversité cognitive et mis en lumière les études qui suggèrent qu’une meilleure diversité dans le corps médical conduit à de meilleurs résultats pour les patients : « Le milieu à but lucratif comprend cela. Les entreprises ayant des conseils diversifiés enregistrent un meilleur rendement de leurs investissements que des entreprises semblables ayant des conseils moins diversifiés ».

« Les études suggèrent qu’une meilleure diversité, au-delà du genre seulement, pourrait conduire à de meilleurs résultats pour les patients… Il y a moins de données sur des facteurs comme le fait autochtone, l’identité de genre, le handicap, l’ethnicité et la situation socioéconomique, mais elles sont importantes… Par exemple, une étude récente menée dans une grande population a apporté des preuves que lorsque des médecins noirs prennent soin de nouveau-nés noirs, le taux de mortalité baisse de 50 p. 100. C’est le bienfait de la diversité. »

Elle a souligné que l’accent récent de la communauté d’enseignement en médecine sur l’équité, la diversité et l’inclusion « exige des changements fondamentaux dans le pouvoir. Il est facile de remettre les gens sur la bonne voie (leur dire de parfaire leurs compétences en leadership) mais plus difficile de réparer des systèmes et structures. Dire aux gens de se pencher et de s’exprimer fait que la responsabilité du changement n’incombe plus aux organismes, systèmes et structures mais aux personnes ayant moins de pouvoir. En cette période de reddition de comptes et de justice sociale, nous devons commencer à parler du changement fondamental des systèmes et structures établis à une autre ère ».

Pour terminer, elle a parlé de l’importance d’être un modèle de rôle en tant que chef de file en médecine noir, autochtone et de couleur (PANDC). « Lorsque je suis devenue présidente, je n’avais pas vraiment compris l’importance de la représentation dans le leadership jusqu’à ce que des hommes et des femmes viennent me dire (et le font encore) qu’ils n’avaient jamais vu quelqu’un qui leur ressemble en position de pouvoir, et grâce à cela, ils pouvaient se voir eux-mêmes en position de pouvoir. C’est alors que j’ai compris qu’il est difficile d’être tant que l’on n’a pas vu. »

Le forum Northern Lights a combiné des activités de développement du leadership et des possibilités engageantes d’apprentissage à l’EMNO, une priorité stratégique du plan de l’École d’innover dans la formation dans les professions de la santé. Les participantes et participants ont dit que l’événement fut un des meilleurs et des plus mémorables de l’EMNO.

« Il a été intéressant de voir 53 membres du corps professoral de l’EMNO s’instruire et s’exprimer sur le leadership audacieux et vulnérable ainsi que sur le concept d’apprentissage par l’échec, a dit le Dr Goertzen. Il a souvent été question du syndrome de l’imposteur et nous avons tous pu comprendre que même les chefs de file possédant une vaste expérience peuvent ressentir les mêmes émotions que les chefs de file médecins nouveaux ou inexpérimentés. »

Les activités combinées d’apprentissage incluaient la création de deux modules en ligne de perfectionnement du leadership à l’EMNO : 1. Introduction à la sécurité psychologique, et 2. Diversité du corps médical et résultats pour les patients. Des modules supplémentaires de formation renforceront l’apprentissage après le forum.

 Un merci spécial aux Dres Jane Philpott et Gigi Osler et au Dr Dennis Kendel d’avoir exposé d’importantes perspectives. Nous souhaitons aussi souligner les contributions de Dr Zaki Ahmed, de la Dre Naana Jumah, de Joseph LeBlanc, Ph.D., de la Dre Sarah Newbery et de Yolanda Wanakamik, les présentateurs de l’EMNO qui ont guidé les débats dans le contexte de l’EMNO et du Nord de l’Ontario. Les événements peuvent être des succès uniquement avec un soutien invisible dans les coulisses; chapeau au personnel de l’EPPP qui s’est évertué à offrir un excellent forum virtuel.