Télétravail

Les compétences acquises à l’EMNO comblent une lacune dans les soins aux populations insuffisamment desservies s   

Posted on September 9, 2020

La Dre Andrea Haner (classe de médecine de 2010) utilise les compétences acquises à l’EMNO pour traiter diverses populations insuffisamment desservies. C’est la seule généraliste-oncologue qui traite des cancers gynécologiques dans le sud-ouest de l’Alberta.

« La population avec laquelle je travaille est très mal desservie. Si je ne faisais pas ce travail, les femmes devraient se rendre à Calgary; ce qui représente pour la plupart un voyage de deux heures et demie par la route jusqu’au centre de cancérologie, dit-elle. Au lieu de cela, elles peuvent venir à Lethbridge pour leur traitement de chimiothérapie. »

Les compétences que la Dre Haner a acquises à l’EMNO, axées surtout sur le côté personnel de la médecine, l’ont préparée pour ses spécialités, y compris le service à des populations diverses en médecine familiale avec l’équipe de l’aide médicale à mourir, le service de garde dans l’équipe hospitalière d’intervention auprès des victimes d’agression sexuelle, et son cabinet de médecine familiale au Lethbridge College en tant que généraliste oncologue.

Dans son cabinet, elle travaille avec diverses populations, elle y voit des étudiantes et étudiants collégiaux pour des questions de santé mentale et d’hormonothérapie pour les étudiantes et étudiants transgenres. Elle dessert aussi autres populations à l’extérieur du collège notamment les Hutterites, les Mennonites mexicains, des communautés autochtones locales et des environs.

« À l’École de médecine du Nord de l’Ontario, j’ai constaté que je passais beaucoup de temps à aider des patients qui avaient des problèmes sociaux et à naviguer dans le système de santé. Une partie importante de mon travail consistait à aider des gens dont certains aspects de leur vie étaient vraiment très difficiles. À l’EMNO, j’ai appris la compassion et à bien connaître les patients, ce qui apporte beaucoup de satisfaction. »

La Dre Haner ne prévoyait pas déménager dans l’Ouest, mais sa passion pour les soins de cancérologie l’ont amenée à suivre une formation au sein du programme des généralistes-oncologues en Colombie-Britannique. Elle est allée ensuite en Alberta quand le centre de cancérologie local cherchait une personne possédant ses compétences.

« Je suis très fière de ma formation dans le Nord. L’EMNO offre une formation très vaste, ce qui est son point fort. J’ai été exposée à des patients très tôt et à des précepteurs qui m’ont donné des conseils et des astuces pour annoncer de mauvaises nouvelles aux patients, pour naviguer dans le système et pour travailler avec des interprètes. Tout cela a fini par être très important dans le travail quotidien. »

Ces jours-ci, son exercice varié à Lethbridge consiste aussi à servir la population à 50 pour cent rurale par téléphone et par télémédecine, à participer à la coordination des soins et à guider les gens dans de petits centres, une autre compétence acquise à l’EMNO.

« Les étudiants en médecine dans les grandes villes n’ont pas conscience des limitations que connaissent les petits centres, par exemple, offrir des conseils pour les tomodensitogrammes, ou de ce que les médecins de famille ruraux sont en mesure de faire avec des ressources très limitées. J’ai fort bien compris ces défis. »

« Le fait est que j’ai trouvé ma voie en Alberta. Ma formation à l’EMNO me permet de mettre ma série de compétences en pratique n’importe où et je fournis des soins importants à des populations insuffisamment desservies. Lorsque vous entrez en médecine, vous n’êtes pas obligé de vous en tenir à un seul endroit ou à un seul type d’exercice, vous pouvez vous diversifier au fil de votre carrière.

La Dre Haner encourage la prise en compte du bien-être, de la diversité et de l’inclusion dans l’exercice de la médecine. En ce qui la concerne, elle a toujours voulu travailler en santé rurale : « pensez à la façon dont vos compétences peuvent aider n’importe quelle population insuffisamment desservie. C’est le service le plus appréciable » dit-elle.