Télétravail

Enseigner aux enseignants

Posted on March 5, 2019
Man in blue shirt, smiling, stands in hospital hallway

L’École de médecine du Nord de l’Ontario a été fondée en partant du principe que si les professionnels de la santé sont formés dans le Nord, ils resteront dans le Nord.

Pour former ces étudiants, il faut des enseignants-cliniciens dans les communautés de la région.

Les responsables du Programme de réadaptation de l’EMNO ont élaboré les séances Preceptor 101 pour augmenter le nombre d’enseignants-cliniciens dans le Nord. Ces séances visent les professionnels de la santé, notamment des audiologistes, des ergothérapeutes, des physiothérapeutes et des orthophonistes qui désirent devenir précepteurs ou possèdent de l’expérience mais souhaitent mieux connaître les pratiques exemplaires.

Brock Chisholm, responsable de la liaison pour l’apprentissage clinique dans le Programme de réadaptation de l’EMNO, a conçu la première version des séances avec Kirsten Pavlich en 2001 avant l’établissement de l’École.

« Nous avions un atelier de formation clinique deux fois par an, mais il portait habituellement sur des sujets assez avancés, explique-t-il. Nous avons créé Preceptor 101 en pensant tout regrouper dans une version abrégée contenant uniquement les renseignements essentiels. »

Au fil des années, la fréquence des séances a évolué pour passer d’une journée complète à un seul endroit à plusieurs petites séances d’une demi-journée dans des villes de la province: « Étant donné notre géographie, il est plus facile pour les professionnels de la santé de suivre une formation sur place que de prendre plusieurs jours pour se déplacer, explique Grace King, responsable de la liaison pour l’apprentissage clinique à l’EMNO et coorganisatrice des séances dans le Nord-Est. La formation est beaucoup plus accessible sur le plan pratique et réduit peu le temps consacré aux soins directs aux patients. »

L’année dernière à l’automne M. Chisholm et Mme King ainsi que Regan Buldoc et Cindy Davis Maille, ont organisé six séances à North Bay, Sudbury, Sault Ste. Marie, Thunder Bay, Kenora et Sioux Lookout.

Selon M. Chisholm, les possibilités de formation clinique, y compris celles de Preceptor 101, jouent un rôle crucial dans le recrutement d’étudiants dans le Nord : « Plus nous avons de précepteurs experts, plus nous pouvons offrir de stages cliniques. Et plus il y a de possibilités de stages, plus la probabilité de recruter des étudiants intéressés à venir dans la région est élevée. »

Il ajoute que les séances de Preceptor 101 ont aussi joué un rôle crucial dans le maintien en poste de professionnels de la santé en exercice dans ces villes : « Les fournisseurs de soins de santé du Nord sont géographiquement et professionnellement isolés. Par conséquent, en assistant à un cours comme celui-ci, ils peuvent établir des liens avec d’autres personnes, se sentir moins isolés et plus engagés dans l’apprentissage professionnel. Étant donné que l’enseignement est également un bon moyen de conserver ses compétences, des possibilités comme cellesci de se tenir au courant et de rester actifs et engagés sont fondamentales pour les cliniciens. »

Mme Davis-Maille pense que les séances témoignent du regain d’intérêt pour l’apprentissage et l’exercice dans le Nord : « Il y a toujours beaucoup d’étudiants intéressés à venir, et il y a beaucoup d’excellents professionnels de la santé prêts à leur enseigner et à partager leurs connaissances. »